Les 3 phases vers l’addiction

Basés sur les critères décrits dans notre rubrique Symptômes, la transition vers la dépendance est une progression de trois phases consécutives. Les trois phases sont consécutives mais indépendantes: entrer dans une phase est nécessaire mais pas suffisant pour progresser vers la phase suivante, car des vulnérabilités individuelles spécifiques sont aussi nécessaires (contexte personnel, prédisposition individuelle).

Phase 1: L’usage de drogues récréative, sporadique (ReS)

Dans cette première phase, la prise de drogues est modérée et sporadique et constitue l’une des nombreuses activités récréatives de l’individu. Les drogues suralimentent les mêmes substrats de récompenses naturelles et sont donc perçus comme des stimulis extrêmement saillants et sympathiques par l’individu. Cela peut être considéré comme un comportement normal et est présent dans une grande proportion de la population humaine lorsque les drogues légales et illégales sont prises en compte.

Phase 2 : L’utilisation de drogues prolongées intensives (ISuE)

Cette seconde phase commence par une augmentation de la fréquence, du montant et de la motivation pour prendre des drogues. La prise de drogue s’intensifie et devient soutenue. En outre, des problèmes liés à la drogue apparaissent, mais ne sont pas suffisants pour promouvoir l’abstinence spontanée. La phase ISuE est le premier état pathologique modéré, dans lequel l’individu prend trop de drogues, mais le comportement est encore organisé bien que l’on commence à diminuer l’activité sociale et personnelle.

Cette phase a lieu chez un sous-ensemble vulnérable des individus en raison de différences quantitatives dans l’activité du système lié aux récompenses du cerveau, ce qui augmente les effets motivationnels de la drogue, par exemple un système dopaminergique hyperactif et un cortex préfrontal altéré. La phase ISuE est ensuite stabilisée par des adaptations induites par la drogue, induisant un état allostatique qui rend les drogues non seulement fortement recherchés, mais aussi nécessaires pour que l’individu puisse fonctionner normalement.

Phase 3 : La perte de contrôle (LoC)

La troisième et dernière étape signale le début de l’état pathologique le plus grave. Dans ce cas, l’individu a en grande partie perdu le contrôle (LoC) de l’apport de drogue et devient totalement accro, on observe une désorganisation du comportement du toxicomane. Dans cette phase, la prise de drogue devient l’activité principale dirigée par les individus. Ensuite, la dégradation sociale est inévitable, et la rechute à la dépendance – même après une abstinence prolongée – est la règle.

Cette dernière phase est due à un deuxième phénotype vulnérable que nous qualifions de propice à la perte de contrôle. Ce phénotype se caractérise par une perte persistante à long terme de la transmission synaptique dans les zones cérébrales liées à la récompense, ce qui peut induire une cristallisation du comportement autour de la prise de drogues, entraînant donc une perte de contrôle de la prise de la drogue. Dans l’état dépendant, la présence de la drogue n’est pas seulement nécessaire pour fonctionner normalement, comme à la fin de la phase ISuE, mais son absence est ressentie comme une perte irremplaçable. Lorsque l’individu passe de l’amour des drogues au deuil pathologique quand ils ne sont pas disponibles, le processus de transition vers la dépendance est terminé.

En résumé,

Au cours de la transition vers la toxicomanie, la consommation de drogues change d’abord principalement de façon quantitative (de la récréative à la soutenue) et ensuite de manière qualitative (du contrôle à la perte de contrôle):

  • Dans la transition de ReS à ISuE (phase 1 à 2), l’individu va progressivement de la prise de drogues de manière sporadique et modérée jusqu’à les prendre fréquemment et en grande quantité.

  • En revanche, lors de la transition d’ISuE à LoC (phase 2 à 3), la principale différence n’est pas la quantité de drogue utilisée, mais l’individu est capable de confiner la prise de drogues.

    • Au cours de l’ISuE, l’individu a toujours un bon contrôle, de sorte qu’il reste largement confiné dans les limites des activités récréatives.

    • Au cours de LoC, le contrôle de la consommation de drogue est en grande partie perdu, et le répertoire comportemental de l’individu est envahi par la prise de drogues qui devient le principal objectif.

Une réflexion sur “Les 3 phases vers l’addiction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s